Juillet-Août 2022

 

LA PAROLE EST À LA MAJORITÉ


 

UN ÉTÉ MÉRIGNACAIS POUR TOUS LES JEUNES !

L’été approche à grand pas et Mérignac se mobilise chaque année davantage pour les jeunes, notamment avec « l’Été Mérignacais », destiné à développer des activités ludiques, culturelles, sportives ou de loisirs, notamment pour ceux qui n’ont pas la chance de partir en vacances. Les centres de loisirs, l’espace jeunes (colos apprenantes), l’espace pré-ados et tous les centres sociaux et d’animation proposent ainsi avec la collaboration de la Ville de multiples séjours. Ces structures élaborent également des programmes ambitieux (vacances apprenantes) et diversifiés afin que chaque jeune Mérignacais s’y retrouve. Tous pourront aussi profiter de la programmation culturelle exceptionnelle mis en oeuvre par la Ville dans le cadre des Escales d’Eté, de l’Eté métropolitain, du Mérignac Photo ou bien des animations proposées par les médiathèques. Là aussi, il y en aura pour tous les goûts ! Le programme sportif gratuit CAP33 organisé 7j/7 représente aussi un remarquable complément aux 3 semaines de stages multisports et autres animations sportives mises en place par la Ville. La nouveauté sportive cet été, c’est « Cap au sable » : un espace sportif de 1 000 m² aménagé au stade Cap-Roux pour s’adonner aux pratiques de « Beach ». Enfin, grâce à l’adhésion de la Ville au dispositif « Carte jeunes », tous les 0-25 ans bénéficient de tarifs réduits chez plus de 150 partenaires. Toutes ces initiatives montrent à quel point la Ville s’engage en faveur de la Jeunesse durant tout l’été !

Jean-Charles Astier, conseiller municipal délégué à la jeunesse et aux relations avec le mouvement sportif. Groupe PS et apparentés


 

ETRE ÉCOLO OU NE PAS L’ÊTRE, TELLE N’EST PAS LA QUESTION

Mai 2022 a été un mois record en sécheresse et en température. Chaque année, nous vivons un voire plusieurs mois de records. Le dérèglement climatique est réel et peut être anxiogène. L’écologie, souvent connotée « bobo », n’est plus une option ni une manière de vivre pour celles et ceux qui en auraient l’envie et/ou les moyens. Aujourd’hui, il n’y a pas de petits gestes, il n’y a que des actions qui comptent. C’est vrai, les pouvoirs politiques et les industriels ont leur rôle à jouer mais les citoyen.e.s aussi. Alors, oui, l’ampleur de la tâche, pour, au mieux limiter le réchauffement climatique à deux degrés au maximum, au pire préparer une société résiliente et coopérative, paraît immense ! Oui, parfois, nous ne savons pas par quel bout attraper les changements que nous devons opérer ! Mais non, changer et sortir de sa zone de confort (qui n’est peut-être pas si confortable que ça, tiens !) n’est pas impossible et encore moins inutile. Pour la société et pour soi même ! Pour aller plus loin, de nombreuses associations oeuvrent à Mérignac. Des ateliers tels que « La fresque du climat » permettent de comprendre les enjeux de sobriété, tels que les limites des ressources et le concept de bilan carbone. Ils sont proposés la Médiathèque ou dans les centre sociaux de la ville. Soyons solidaires des générations pas si futures que ça.

Aude Blet-Charaudeau pour le groupe Mérignac Ecologiste et Solidaire

 


 

SAUVONS L’HÔPITAL PUBLIC

La situation de l’hôpital public est très préoccupante. Cette crise de l’hôpital est celle de notre système de soins en général, y compris dans les liens avec notre médecine de ville.

La situation que nous connaissons aujourd’hui est le résultat de dizaines d’années d’attaques contre l’hôpital public au nom des économies budgétaires. Bien avant la crise COVID, les personnels de santé alertent et manifestent. A chaque fois, la même réponse : « économies budgétaires et gaz lacrymogènes. »

Depuis 2000, 700 lits, soit 20 % des lits hospitaliers disponibles, ont été fermés au CHU de Bordeaux Pellegrin. A l’échelle du pays, ce ne sont pas moins de 100 000 lits qui ont été supprimés.

La dette des hôpitaux, créée par le désengagement de l’Etat, les asphyxie. Il faut maintenant agir et attribuer les moyens nécessaires pour l’hôpital public, pour notre santé :

  • En formant et en embauchant 100 000 personnels hospitaliers. Pour cela, il faut sortir de la logique comptable et aller chercher des moyens nouveaux de financement.
  • Faire cotiser à la Sécu les grandes entreprises qui sont exonérées de cotisations sociales. Juste retour des choses.
  • Faire cotiser les revenus financiers autant que ceux du travail.

La France est un pays riche. La situation est urgente pour l’hôpital public, le droit à la santé. Que les mois d’été soient l’occasion d’un repos bien mérité de vacances stimulantes, culturelles, de divertissements dans le cadre des escales d’été de Mérignac pour le bien-être de chacun

Elus communistes : Léna Beaulieu, Marie-Ange Chaussoy, Loïc Farnier, Joël Girard, Claude Mellier

 


 

LA PAROLE EST À L’OPPOSITION


 

LA MUNICIPALITÉ ENCOURAGE-T-ELLE LE VOTE PROTESTATAIRE ?

En 2014, la présence de trois listes au 2ème tour des élections municipales a permis l’élection d’Alain Anziani (PS, affilié NUPES), « triangulaire » qui s’est reproduite en 2020 au bénéfice de la municipalité sortante.

Depuis, les choix de la municipalité semblent influencés parl’arrière-pensée qui consiste à laisser se développer un quota de votes aux extrêmes dans certains quartiers.

Voici des exemples de choix politiques qui exaspèrent :

  • Installer à Beutre un espace temporaire d’insertion destiné aux ROMS
  • Utiliser le PLU* pour favoriser un ex-adjoint (mais pas ses voisins)
  • Ecoeurer les riverains de l’av. de la Princesse qui constatent que, côté Pessac, le tout-à-l’égoût est installé mais pas côté Mérignac
  • Laisser annoncer l’installation d’un centre de rétention administrative
  • Supprimer le circuit auto-moto pour y installer une AGP**
  • Laisser-aller l’insécurité dans les cités (Yser, Pont de Madame, etc.)
  • Construire des immeubles près de secteurs pavillonnaires (ex : Caillavet)
  • Laisser prospérer une zone de non droit (maisons sans PC*** pl. Dauphine)
  • Elus de la NUPES, arrêtez ces manipulations ! Respectez les valeurs dont vous vous réclamez.

    * Plan Local d’Urbanisme voté en 2016 / ** Aire de Grand Passage des gens du voyage / *** Permis de Construire

Thierry Millet, Christine Peyré et Sylvie Deluc, Ensemble pour une Ville Durable

 


 

AU REVOIR MÉRIGNAC,

Je viens aujourd’hui vous proposer ma dernière chronique. En effet, je suis amené à reprendre une entreprise de construction de Maison Bois qui va m’éloigner, un peu, de Mérignac.

La Maison Bois étant, de très loin, beaucoup moins productrice de CO2. Cela va me permette de mettre en pratique réelle ma conviction que la transition écologique doit se faire sur le terrain, à notre propre échelle. Et de pratiquer une économie à taille humaine qui permet l’épanouissement de tous ses acteurs.

de tous ses acteurs. Je veux, et c’est ainsi que je fonctionne depuis longtemps, prouver mes convictions par des actes et des choix du quotidien, et pas par des discours maintes fois répétés mais jamais appliqué à soi-même.>

Je refuse les mensonges de pseudo-écologistes, qui crient partout leur verditude, hurlent contre l’aéroport, oubliant les emplois générés et les loisirs offerts par les tour-opérateurs, mais qui partent discrètement en vacances en avion en Thaïlande tous les ans.

Je ferai tous les jours du vrai développement durable réel et concret, et sans le porter en étendard.

J’ai pleinement confiance en Patrice Lassalle-Bareilles, qui va prendre ma suite au sein du conseil municipal. Patrice est un homme de parole qui respectera tous ses engagements.

Et je forme le voeux qu’il puisse, dès les prochaines élections municipales, avec Maria Iacob-Garibal et toute notre équipe, reprendre en main l’avenir de notre belle ville, en la sortant de la logique des immeubles partout, du tout-béton et du tout-voiture qui sont la réalité de la majorité actuelle. J’aurai toujours le coeur à Mérignac, et vous souhaite, Mérignacaise et Mérignacais, de trouver une Municipalité qui écoute enfin les habitants et qui redonne à notre ville une réalité à son slogan, aujourd’hui méprisé, de « Mérignac Ville Verte ».

Et n’oubliez pas : un élu est au service des habitants, pas l’inverse, et doit respecter tous ses engagements.

Maria Iacob Garibal & Bruno Sorin – Renouveau Mérignac