15/07/2022
Min de lecture

Un jardin japonais à Arlac, des marelles au sol pour indiquer aux enfants où jeter leurs papiers sur les aires de jeux, une gaming room au Burck pour les jeunes et les seniors... Les projets portés par les juniors de la ville se concrétisent.

En 2021, les enfants et les adolescents de Mérignac se sont emparés du Budget participatif.

Portée par les adolescents du centre socioculturel Tournesol du Burk, la gaming room devrait bientôt réunir les jeunes et les séniors. Le devis est validé, la commande est faite. Des consoles, des sièges de gamers et des casques vont être installés dans le courant de ’année. Les jeunes ont aussi voulu des LED, pour l’ambiance lumineuse. Le lieu promet des parties endiablées.

Je dois dire que j’ai été étonné par le niveau d’implication des Mérignacais et plus particulièrement des jeunes. Je pense en particulier au « gaming room » qu’eux seul étaient capables d’imaginer, de proposer et de faire avaliser par les Mérignacais. Le Budget participatif favorise l’originalité et le renouvellement des idées. Ce dispositif est ouvert à tous, à partir du moment où l’on sait écrire. Certes, il faut rédiger les projets, mais la Ville est là pour aider les porteurs dans cette tâche. Pour cela, nous organisons des permanences pour aider les Mérignacais à formuler leurs idées. Lors de la phase opérationnelle du projet, ce sont les porteurs qui guident les services pour faire sortir de terre leurs idées. Enfin, quand certains projets ne rentrent pas dans le cadre réglementaire du budget participatif mais dont l’intérêt est avoué ils peuvent inspirer de nouvelles actions. C’est le cas, par exemple, de la balade propreté que les membres de l’Atelier de quartier de Bourranville ont mené en mai dernier, pour nettoyer leur quartier. À Mérignac, les habitants s'impliquent vraiment pour améliorer leur cadre de vie. »
Alain Charrier - Adjoint au maire, délégué à la démocratie participative et adjoint de quartier
 

Zen comme un jardin japonais

À Arlac, les anciens élèves de CM2 de Marcellin-Berthelot, aujourd’hui collégiens, ont souhaité un jardin zen dans le parc d’Arlac, derrière la maison des habitants. Après plusieurs rencontres entre les enfants et les services de la Ville, le projet est conçu. Le jardin, dont l’entrée sera signifiée par un portique rouge aux couleurs du Japon, verra bientôt fleurir des cerisiers et s’épanouir des pins japonais. « Zénitude » oblige, la parcelle sera équipée de transats et d’une boîte à mangas. Les enfants vont également travailler avec le graffeur Jone pour réaliser avec lui des personnages de manga, des carpes et un dessin en trompe-l’œil.

Des projets accessibles aux enfants et aux adultes

À 10 ans tout rond, Nawel Latif a proposé non pas un mais deux projets dans le cadre du Budget participatif 2021. Au départ, la petite fille voulait des poubelles rigolotes et des agrès près des jeux au parc de l'Orée des 2 Villes. Au fil du temps, les idées ont évolué. Ne trouvant pas de poubelles adaptées, Nawel Latif et la municipalité se sont mis d’accord sur un principe tout aussi fun : signaler par un marquage au sol coloré (façon marelle ou labyrinthe) le chemin menant des jeux pour enfants aux poubelles. Une dizaine de marquages devrait être réalisé très bientôt. Au parc de l'Orée des 2 Villes, ce sont aussi deux vélos fixés et équipés de prises rechargeables qui seront installés. Des vélos réglables, accessibles aux enfants comme aux grands : Nawel Latif a insisté.

Zoom sur un jardin pour explorer la diversité du vivant en classe

Asiak Lacassagne, directrice de l’école des Bosquets « L’équipe enseignante, les élèves et leurs parents se sont mis tous ensemble pour planter un jardin pédagogique au sein de l’école, dans le cadre du budget participatif. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec les services de la Ville et aujourd’hui, nous avons planté des fleurs, des légumes et des aromates dans des bacs pour montrer aux enfants toute la diversité du vivant.

À ce jour, le jardin n’est pas encore tout à fait terminé. Nous allons aussi y mettre un composteur, un récupérateur d’eau et une cabane à outils. Mais les tables sont là et elles permettent aux élèves de dessiner ce qu’ils voient, de noter leurs observations. Ce jardin est très riche sur le plan des exploitations pédagogiques. Grâce à lui, nous pouvons travailler aussi les mathématiques et le français. Les enfants sont ravis. Ils sont très motivés par toutes les activités. Et pour les enseignants, c’est vraiment valorisant ! »


Pour aller plus loin 

Découvrez le site internet du Budget Participatif de la Ville de Mérignac